Psychanalyse et idéologie

Micheline Weinstein • 3 • Suite Journal ininterrompu

ø

Il est plus facile d’élever un temple que d’y faire descendre l’objet du culte

Samuel Beckett • L’innommable

Cité en exergue au « Jargon der Eigentlichkeit » par T. W. Adorno • 1964

It is easier to raise a temple than to bring down there the worship object

Samuel Beckett  « The Unspeakable one »

Underlined in « Jargon of the authenticity » by T. W. Adorno • 1964

ø

Personne n’a le droit de rester silencieux s’il sait que quelque chose de mal se fait quelque part. Ni le sexe ou l’âge, ni la religion ou le parti politique ne peuvent être une excuse.

Nobody has the right to remain quiet if he knows that something of evil is made somewhere. Neither the sex or the age, nor the religion or the political party can be an excuse.

Bertha Pappenheim

point

ψ  = psi grec, résumé de Ps ychanalyse et i déologie. Le NON de ψ [Psi] LE TEMPS DU NON s’adresse à l’idéologie qui, quand elle prend sa source dans l’ignorance délibérée, est l’antonyme de la réflexion, de la raison, de l’intelligence.

ø

© Micheline Weinstein

 

 

3 • Suite Journal ininterrompu par intermittence 2019

 

Ich will Zeugnis ablegen bis zum letzten

[Je veux témoigner jusqu’au dernier jour]

Victor Klemperer • Journal 1933-1947

 

Extension des post-it empilés en vrac

 

 

À Jacques Sédat

 

13 août 2019

 

Cher Jacques Sédat,

 

Vous trouverez ci-dessous des extraits de ma correspondance récente avec Catherine Dolto.

 

N. B. Côté écriture inclusive, qui ne change en rien les mœurs sexistes agies en paroles et en actes, pour simplifier, j’ai adopté le néologisme de Raphaël Enthovencelleszetceux.

 

Les germanophones doivent rire sous cape de cette futile préoccupation politique de genre, car en allemand : 

 

Le soleil    =   Die Sonne = la soleil

La lune      =   Der Mond = le lune

La bouche =   Der Mund = le bouche

Le monde  =   Die Welt   = la monde

Etc.

Les sujets divers, objets, choses susceptibles de controverse, le neutre = Es = ça

 

En plus de trente ans, je me suis souvent interrogée sur une ambulatoire mise en doute de ma parole par certains lacaniens médiatiques, en tous cas ceux qui m’ont fait l’honneur quand cela leur convenait de jeter un œil sur mon travail, prompts à balancer des diagnostics sauvages sur leurs pairs et pairesses. Ou alors, combien de fois m’est-il revenu aux ouïes par des tiers, auteurs psychanalystes lacaniens que j’avais pourtant publiés, cette étrange locution : « ψ [Psi] • LE TEMPS DU NON, sous tire : Cela ne va pas sans dire ? Connais pas. » 

Ainsi, n’est-il pas rare que l’on m’ait demandé des preuves de la véracité des documents originaux qui me furent adressés à titre personnel. Pourtant, je manque rarement de citer mes sources. 

De quel droit ? Et de la part de qui ? Quels celleszetceux collègues auraient-ils à l’heure actuelle autorité, compétence, pour s’instaurer maestros de la psychanalyse, phénix du désaveu ?

Souvent me revient à l’esprit cette fine observation de François Perrier : « Le pervers rend la femme [je dirais plutôt, puisqu’existe également des perverses, sa cible] paranoïaque. »

La perversion à mon sens n’ayant pas sa place dans l’exercice de la psychanalyse, j’ai toujours veillé, je veille toujours à ne pas tomber dans les rets de la martyrologie, bref, à ne pas laisser instrumentaliser ma pensée et mes dires. Contre quoi, chaque celleszetceux est, scilicet, libre de supposer ce qu’il veut à mon endroit ou de m’ignorer en tant que personne et, comme avait coutume de décocher Marceline Loridan-Ivens : je m’en fous.

 

Voici donc ces extraits.

 

Le 11 août 2019 à 20:11, <psychanalyse-et-ideologie04@orange.fr> a écrit :

 

À Catherine Dolto.

 

Ce soir, j’ai une pensée pour votre mère : Good Bye Lenin ! est programmé sur Arte, nous étions allées ensemble à sa projection au cinéma L’Arlequin.

Micheline W.

 

Catherine Dolto - Rebonjour, est ce que j’étais avec vous à cette projection ? Je ne me souviens plus.

 

M. W. - Il me semble que non, Catherine, car je ne me souviens pas vous avoir rencontrée autrement que croisée en public. 

 

Côté loisirs, avec F. D. nous allions quelquefois au cinéma et au théâtre (ex. Élégies de Duino, de R. M. Rilke)… et peu de temps avant sa mort, nous avons passé une journée à Giverny.

 

Ex-enfant cachée dès bébé pendant l’Occupation… le suis restée, me donnant pour but la transmission, en témoin de mon temps, c’est déjà du boulot. J’ai les médias en relative antipathie, de même que les potins dans le milieu, le snobisme, le bruit du monde, et ne fais pas commerce à des fins de réclame - du verbe réclamer - de mes rencontres avec les êtres qui me sont chers. Seuls mes proches, dont, témoin privilégié, Jacqueline Lévy-Geneste qui m’avait adressée à 7 ans à F. D. et qui nous a quittés en 2010 + côté psychanalyse, S. Faladé + François Perrier, qui furent respectivement mon analyste et mon contrôleur, connaissaient mon mode de vie et mon entourage personnels.

 

Par contre, je rédige mon journal depuis 1967, dont une partie figure sur le site, celle qui concerne sous ses multiples formes la transmission de la psychanalyse, cite les références, les auteurs et personnalités qui me furent essentiels pour cela. 

 

Concernant  le doc. F. D. parle des difficultés qu’elle a eues avec Lacan au sujet de sa poupée-fleur, il s’agit d’une cassette audio, non numérisée, qui dort dans un box parmi un monceau de cartons d’archives. Mais eut-elle été accessible que j’aurais refusé d’en fournir même copie, je n’aime pas les pilleurs de tronc.

 

Après la mort de votre mère, je vous ai contactée pour vous informer que j’avais des docs originaux, au cas où vous en auriez souhaité des copies. Probablement encore sous le coup de sa disparition, vous m’avez vivement expédiée chez la responsable des archives Dolto. Soupe au lait, j’ai remballé ma proposition qui, accessoirement, aurait impliqué un travail de longue haleine sans aucun effet auprès des professionnels.

 

Avec le temps et ses outrages, mon répertoire d’adresses se résumant aujourd’hui à un cimetière [vocable de Philip Roth], je ne suis plus soupe au lait, l’indifférence m’a gagnée.

 

Cordialement à vous,

Micheline 

 

Le 7 août 2019, à propos de la note en bas de page ajoutée au texte-lettre de Françoise Dolto, intitulé Autour du miroir, dans le 2e tome de la Correspondance Dolto

 

<psychanalyse-et-ideologie04@orange.fr

Rép : Good Bye Lenin

 

À Catherine Dolto

 

À mon insu, la note en bas de page arguait que cet écrit était un “viatique” en ma faveur. Or, quand j’ai parlé de ce projet à F. D. en 1983, ma communication devant les groupes Balint du sud de la France était déjà rédigée (elle figure sur notre site). 

 

J’avais fait part à F. D. de mon interrogation sur la justesse de l’interprétation de Lacan en 1936 quant à ce qu’il a intitulé Le stade du miroir, après-guerre déclaré par lui perdu, réécrit plus tard, etc., bref, rappelé le contexte de cette affaire, au terme de laquelle, interrompu par Jones*, Lacan avait quitté le XIVe congrès international de psychanalyse à Marienbad pour se rendre aux Jeux Olympiques de Berlin, alors que la psychanalyse venait d’être dissoute par les nazis, à la suite de quoi Anna Freud, Marie Bonaparte, Rudolph Lœwenstein… ne voulurent plus entendre parler de lui. 

 

J’ai demandé à Gallimard, au cas où ce 2e tome serait publié en poche, de faire supprimer cette note. 

 

Marienbad 2 au 6 août 1936

Discours d’ouverture du Président Jones

au XIVe Congrès Psychanalytique International

 

Depuis le dernier Congrès, il s’est produit quelques événements qui ont profondément touché le mouvement psychanalytique. (...) La collaboration des analystes a été limitée sur ordre politique dans la mesure où on leur a prescrit la liste des collègues avec lesquels ils avaient le droit d’avoir des relations scientifiques. (...) À Noël l’an dernier, les membres juifs de la Société Allemande estimèrent nécessaire de suspendre leur participation en tant que membres. (...) L’émigration hors d’Allemagne s’est naturellement poursuivie... 

(...) 

Notre réunion d’aujourd’hui est placée sous le choc d’un nouveau coup terrible subi par la psychanalyse : la dissolution de l’Association Psychanalytique Viennoise. Il s’agit d’un coup d’une portée bien plus importante que tout ce qu’a subi précédemment notre œuvre au cours de sa courte histoire de quarante années […]

 

Liens vers Journal ininterrompu 1967-2019 • 1 et 2

ψ  [Psi] • LE TEMPS DU NON
cela ne va pas sans dire
© 1989 - 2019